La plupart des parents connaissent la sensation de rentrer d’une longue journée de travail et d’oublier la fatigue rien qu’en entendant le rire de leurs enfants.

C’est une expérience simple, mais riche en émotions. Malheureusement, dans certaines familles, il est rare d’entendre le rire des enfants. Dans des contextes plus complexes, les parents ne se souviennent parfois même pas de la dernière fois où ils ont joué avec leur enfant.

Le jeu joue un rôle important dans le développement de l’enfant. Les enfants acquièrent de nombreuses compétences via le jeu, comme le partage avec l’autre, la connaissance de soi et le développement d’autres capacités qui déterminent souvent leur personnalité une fois adultes.

Les enfants handicapés, cependant, ne sont souvent pas attirés par les jouets traditionnels, ou les utilisent d’une manière que les adultes considèrent incorrecte. Par exemple, les enfants handicapés peuvent taper sur une table avec une petite voiture pour entendre le bruit que cela fait. Les parents ou les aidants familiaux ont tendance à « corriger » ce comportement, ou à confisquer complètement les jouets des enfants. En conséquence, l’enfant a tendance à peu s’intéresser ou à ne pas aimer jouer avec les autres.

Giorgi Demetrashvili, le responsable des programmes éducatifs de First Step Georgia, travaille avec des enfants handicapés pour fabriquer des jouets à partir d’articles ménagers peu coûteux, comme cette balle réalisée à partir de chiffons colorés. | © UNICEF/NYHQ2014-1871/Khizanishvili Levan Chargeishvili, 9 ans, utilise un livre spécialement conçu et fait maison qui favorise l’apprentissage tactile et visuel. Nika Tsirekidze, 18 ans, joue avec un sablier fait maison, rempli de liquide, qui permet de stimuler la vue et de développer la coordination œil-main. Tekle Kikacheishvili réalise une pâte maison à partir de farine, de sel, d’eau et de peinture. Cela permet de stimuler la motricité, la coordination et la perception sensorielle. D’après Giorgi Demetrashvili, impliquer les enfants dans la fabrication des jouets les rend plus attrayants et intéressants pour eux, et ce processus permet aux éducateurs de fabriquer des jouets à partir des besoins et intérêts individuels des enfants.
Giorgi Demetrashvili, le responsable des programmes éducatifs de First Step Georgia, travaille avec des enfants handicapés pour fabriquer des jouets à partir d’articles ménagers peu coûteux, comme cette balle réalisée à partir de chiffons colorés. | © UNICEF/NYHQ2014-1871/Khizanishvili

Pour rendre les jouets et les jeux plus intéressants aux yeux des enfants, idéalement, chaque jouet devrait être adapté aux intérêts et besoins individuels de l’enfant. C’est un véritable défi en Géorgie, où les jouets sont considérés comme un luxe par de nombreuses familles.

À First Step Georgia, nous travaillons avec des enfants handicapés pour fabriquer des jouets à partir d’articles ménagers peu coûteux. Le fait d’impliquer les enfants dans ce processus rend cela plus attrayant et plus intéressant pour eux, et nous permet de faire des jouets basés sur les besoins individuels des enfants.

Par exemple, nous confectionnons des cubes à partir de chiffons de couleur. Les cubes sont ensuite remplis de billes de polystyrène. La fabrication de ce jouet permet de développer la coordination œil-main, l’ouïe et les aptitudes visuelles et auditives. Une balle spécialement conçue – à partir des mêmes chiffons – permet de travailler la perception tactile et visuelle, et notre pâte à modeler maison – réalisée à partir de farine, de sel, d’eau et de peinture – stimule la motricité, la coordination et la perception sensorielle. Les jouets sont non seulement amusants à utiliser, mais aussi à fabriquer.

La fabrication de jouets maison n’est pas une idée nouvelle, mais nous l’avons envisagée sous un nouvel angle. Chaque enfant a des intérêts qui lui sont propres, et pour les enfants handicapés, l’identification de ces intérêts peut permettre d’organiser des activités adaptées et favorables à leur développement.

Un des enfants avec qui j’ai travaillé aimait regarder l’eau couler du robinet. Pour cet enfant, nous avons fabriqué un jouet avec du savon pour les mains, de la peinture colorée et deux bouteilles, que nous avons fixées ensemble pour fabriquer un sablier. Au début, ces parents avaient peur qu’il se contente de regarder l’eau couler indéfiniment et ont essayé de l’empêcher d’utiliser le jouet. Mais nous les avons encouragés à le laisser s’en servir, à ajouter différentes couleurs, à utiliser des bouteilles plus grandes et à ajouter d’autres éléments qui pourraient couler dans le sablier.

Non seulement l’enfant était ravi, mais cela a également permis d’établir une relation de confiance entre les parents et l’enfant, et les éclats de rire ont vite suivi.