D-Rev, une organisation à but non lucratif dont le siège est à Silicon Valley, aux États-Unis, conçoit et distribue des produits qui ont pour but d’améliorer les conditions de vie des personnes qui vivent avec moins de 4 dollars des É.-U. par jour.

Nous sommes convaincus que la mise à disposition d’appareils médicaux à un prix abordable donne une chance même aux enfants les plus marginalisés de vivre plus sainement et de manière plus indépendante. Nos efforts visant à produire et promouvoir Brilliance, un appareil médical de traitement efficace de la jaunisse du nouveau-né par la photothérapie à une fraction du prix des unités de soin commerciales comparables, mettent en lumière à quel point il est important de comprendre le contexte local, de proposer des solutions viables – et de donner la priorité à l’impact plutôt qu’à l’innovation.

Comprendre le contexte local

Il est essentiel de comprendre le contexte local dans lequel une solution sera proposée afin d’identifier les besoins non satisfaits et de concevoir des produits de qualité pour satisfaire ces besoins. Il s’agit souvent de remettre en question des hypothèses préalable face à un nouveau marché. Par exemple, au Kenya, nous avons constaté que les bébés nés dans de petites structures qui souffraient de jaunisse étaient aiguillés vers des hôpitaux plus grands qui se trouvaient parfois à plusieurs heures de voyage. Nous avons donc pris pour hypothèse que si les petites structures pouvaient être équipées d’un appareil approprié de photothérapie à un prix abordable, elles pourraient traiter la jaunisse – et que par conséquent un nombre plus limité d’enfants serait aiguillé vers des établissements surchargés, ce qui réduirait les risques pour la santé liés à un traitement tardif. Mais il s’est avéré que notre hypothèse en termes de marché et d’infrastructure n’était pas totalement correcte.

A baby in a phototherapy unit.
Un bébé est traité avec un appareil Brilliance dans une unité de soins intensifs néonatals dans le Kerala, en Inde. | PHOTO DE D-REV

Après avoir interrogé des praticiens dans plus de 65 établissements, D-Rev a compris que, pour toutes sortes de raisons, la majorité des petites structures ne traiteraient pas la jaunisse même si elles possédaient un appareil de photothérapie d’un prix abordable. Ces structures ne possédaient pas les outils appropriés pour effectuer le diagnostic et elles n’étaient pas en mesure d’accueillir les nouveau-nés ; par ailleurs, ceux qui souffraient de jaunisse sévère souffraient souvent aussi d’autres complications exigeant de toutes façons un aiguillage vers des niveaux de soins plus sophistiqués. Au lieu de concevoir un appareil de traitement spécifique aux petites structures – un marché encore non existant – D-Rev s’est efforcé de rendre la photothérapie plus abordable et plus polyvalente pour les hôpitaux de niveau supérieur où nous savions qu’il existait un besoin, tout en restant attentifs aux innovations futures (telles que les diagnostics à faible coût) susceptibles d’éliminer certains obstacles pour les plus petites structures.

La conception s’appuie sur une bonne connaissance du contexte local. Dans nos travaux de recherche sur le terrain, nous avons vu des certaines d’appareils de photothérapie auxquels il manquait une ampoule ou dont l’ampoule avait brûlé – ce qui rendait le traitement inefficace. Sur la base des commentaires du personnel médical qui travaillait dans des hôpitaux disposant de ressources limitées, nous avons conçu un appareil Brilliance doté d’ampoules LED longue durée au lieu des ampoules fluorescentes utilisées habituellement dans les appareils de qualité médiocre. Une bonne connaissance des détails, allant de la fonctionnalité de la machine à des aspects simples de la conception, par exemple si l’appareil a l’air solide, ou s’il est facile d’ajuster la hauteur, sont déterminants pour comprendre si la machine sera utilisée pour traiter des enfants ou abandonnée dans un coin à ramasser la poussière.

Apporter des solutions durables

L’élaboration de stratégies de distribution exige une connaissance approfondie des besoins de l’utilisateur et des contraintes du marché. Dans le cas de Brilliance, l’équipe de D-Rev a travaillé en collaboration étroite avec les partenaires de la distribution pour s’assurer que les unités sont installées et utilisées correctement. L’équipe a aussi passé du temps sur le terrain où se créaient de nouveaux marchés à établir des partenariats pour souvenir les ventes. D-Rev a rencontré un nombre incalculable d’administrateurs hospitaliers, de responsables des achats et de fonctionnaires chargés de la réglementation sur différents marchés. Par exemple, nous avions envisagé d’expédier directement les appareils au responsable des achats à l’hôpital pour éviter les intermédiaires (les distributeurs qui importent et revendent les appareils médicaux à un prix majoré) à des fins d’économie. Mais plusieurs hôpitaux disposant de faibles ressources préféraient avoir un distributeur local capable de s’occuper de l’installation, de l’entretien et de résoudre les problèmes éventuels, et certains hôpitaux publics refusaient d’expédier les appareils sans passer par un distributeur local. Au vu de ces paramètres, nous avons pu nous concentrer sur des stratégies réalistes tenant compte des exigences du client tout en continuant à offrir des prix intéressants.

“Nous avons conçu un appareil Brilliance doté d’ampoules LED longue durée au lieu des ampoules fluorescentes utilisées habituellement dans les appareils de qualité médiocre.”

Bien que D-Rev soit une organisation à but non lucratif, nos partenaires pour la production et la vente sont des organismes à but lucratif. Pour Brilliance, nous avons établi un partenariat avec Phoenix Medical Systems, une entreprise phare dans la fabrication et la distribution d’appareils médicaux pour nouveau-nés en Inde (D-Rev donne le brevet de la technologie Brilliance à Phoenix et les deux organisations travaillent de concert pour la produire et la vendre). Nous sommes d’avis que le fait de coordonner le marché avec l’offre des produits est le moyen le plus efficace de se développer. La prise en compte du marché crée également une responsabilité : si le produit ne répond pas aux besoins des utilisateurs, ceux-ci ne l’achèteront pas.

Bien sûr, les marchés et leurs acteurs ne sont pas tous parfaits : D-Rev s’est parfois heurté à des arnaques sur les prix et à des comportements inefficaces ou inappropriés (mais ces cas se sont généralement avérés rares). Nous essayons de surmonter ces difficultés et de garder des prix abordables pour les clients en prenant le temps de choisir des partenaires performants qui partagent nos valeurs, et en exprimant clairement nos attentes à nos partenaires chargés de la distribution. Dans le cas de la relation entre D-Rev et Phoenix Medical Systems, les ingénieurs et le personnel commercial des deux organisations se consultent régulièrement par téléphone et en personne afin d’améliorer la qualité des produits et la formation commerciale.

Mesurer l’impact

Nous évaluons notre succès au nombre de nouveau-nés qui ont reçu des soins efficaces. D-Rev a mis au point un algorithme sur la base des conclusions publiées dans la littérature médicale et des travaux sur le terrain pour déterminer dans quelle mesure les enfants bénéficient de l’appareil de photothérapie Brilliance. Cet algorithme se fonde sur une durée de traitement moyenne, le taux d’utilisation et la présence d’appareils d’efficacité comparable dans des hôpitaux ayant un profil et un revenu similaires, et il pose la question suivante : combien de bébés traités par Brilliance n’auraient pas eu accès autrement à un traitement efficace ? Selon nos estimations, en septembre 2014, 633 appareils Brilliance installés dans des hôpitaux de l’Inde à l’Afrique subsaharienne auront traité efficacement par photothérapie plus de 26 000 nouveau-nés souffrant d’une jaunisse.

La transparence est au cœur de notre impact : l’apport et l’examen de la part de la communauté sont les garants de notre responsabilité envers nos clients et les bailleurs de fonds. C’est pourquoi nous publions les données relatives à notre impact sur le site Internet de D-Rev et utilisons le blog de D-Rev pour expliquer en détail comment ces chiffres sont calculés, revus et mis à jour à mesure que nous parviennent de nouvelles informations.

Les défis à relever

On s’intéresse de plus en plus aux technologies novatrices centrées sur l’utilisateur en tant qu’outils pour améliorer la santé des enfants. Mais il est encore difficile de mettre en place un écosystème favorable qui aidera à développer à plus grande échelle des idées novatrices.

L’une des principales étapes dans la construction d’écosystèmes efficaces consiste à prêter davantage d’attention à l’impact qu’à l’innovation. Les concepts créatifs ou les percées scientifiques n’améliorent pas la santé des enfants dans les communautés à revenu faible. Les plus grands succès sont le résultat de la transformation des idées novatrices en produits de qualité tenant compte des besoins des utilisateurs et soutenus par des chaînes d’approvisionnement réalistes. À D-Rev, nous savons pertinemment que les concepts novateurs ne sont qu’une étape du processus visant à renforcer l’équité en termes de santé infantile. Tout aussi importants sont les aspects moins évidents qui consistent à amener une nouvelle technologie sur le marché : étudier en vue de produire ; mettre en œuvre des systèmes de contrôle de la qualité ; appliquer des stratégies de distribution et de vente ; et mesurer l’impact.

Si les bailleurs de fonds soutiennent depuis longtemps la création de prototypes, à en croire l’expérience de D-Rev, les donateurs commencent tout juste à financer tout l’éventail des activités de conception et de commercialisation nécessaires pour mettre sur le marché – et garantir la viabilité économique – des produits comme Brilliance. Développer une idée novatrice peut exiger beaucoup de ressources, et certainement de la patience et de la souplesse de la part des bailleurs de fonds. Mais au bout du compte, aider les innovations en matière de santé mondiale à devenir des produits viables transforme leur « impact potentiel » en « impact réel ». Nous espérons que les donateurs assumeront progressivement ce rôle vital qui consiste à s’assurer que des produits novateurs à un prix abordable aident les enfants du monde entier à rester en bonne santé.