La survie néonatale est un défi persistant dans le monde; dans les contextes disposant de ressources élevées, les innovations technologiques ont permis des améliorations considérables mais les décès au cours du premier mois de vie représentent toujours plus de 40 pour cent de la mortalité des moins de cinq ans.

Les naissances prématurées constituent aujourd’hui la seconde cause de mortalité des enfants; la plupart des bébés prématurés naissent dans des contextes à faibles ressources où les technologies et approches de base ayant permis de meilleurs résultats pour les nouveau-nés dans les contextes présentant des ressources élevées font cruellement défaut.

Sans nouvelles approches de l’innovation, les inégalités mondiales persisteront pour les nouveau-nés. Le défi consiste à combiner des principes scientifiques connus et simples au sujet des soins aux nouveau-nés et d’en faire des stratégies abordables à mettre en œuvre dans les pays pauvres en ressources. Cela est d’autant plus important dans les hôpitaux de district, qui constituent un point clé de l’amélioration des soins aux nouveau-nés dans les pays à faibles ressources; la plupart sont en général en sous-effectif et manquent de ressources.

Il existe un besoin urgent d’innover la « nurserie du futur », un ensemble complet de technologies abordables, très performantes, pour fournir des soins de qualité aux nouveau-nés dans les hôpitaux disposant de ressources limitées. Associées à un programme de formation complète pour les cliniciens, infirmières, et techniciens biomédicaux, ces technologies pourraient aider à inverser la tendance pour la survie du nouveau-né.

Trois causes de décès représentaient presque trois quarts des 2,8 millions de décès néonatals dans le monde en 2013 : les complications liées aux naissances prématurées, les complications liées à l’accouchement, et les infections. La majorité des maladies néonatales dans les pays à faibles ressources pourraient être traitées grâce à un ensemble de technologies visant à : 1) apporter une hydratation et une nutrition adéquates; 2) prévenir et traiter les infections; 3) assurer une température stable; 4) fournir une assistance respiratoire lorsque nécessaire; et 5) surveiller et traiter la jaunisse néonatale.

Il existe une large gamme de dispositifs pour répondre à ces besoins dans les pays dotés de ressources suffisantes, mais souvent ces technologies néonatales n’atteignent pas le monde en développement parce qu’elles sont trop chères ou qu’elles impliquent des besoins en infrastructures ou en personnel prohibitifs. Lorsque les technologies conçues pour les pays à ressources élevées sont utilisées dans les pays à faibles ressources, elles ne fonctionnent pas à cause des conditions environnementales difficiles, du manque d’entretien régulier, ou du manque de consommables nécessaires. En conséquence, dans de nombreux pays à faibles ressources, les possibilités de diagnostic et de traitement pour les nouveau-nés sont comparables à celles qui existaient aux États-Unis et en Europe dans les années 1950.

La nurserie du futur nécessite des techniques de soins de santé pouvant être utilisées sans risque et de manière durable dans les pays à faibles ressources. Les dispositifs néonatals idéaux seront : sûrs et efficaces; robustes et solides; simples à utiliser; ne nécessiteront pas de réapprovisionnement régulier en articles consommables ou en batterie; ni d’entretien régulier; fonctionneront à partir de diverses sources d’énergie; seront abordables; auront une durée de vie minimum de cinq ans sur la base d’une utilisation quotidienne, et répondront aux normes réglementaires internationales.

Une liste relativement courte des technologies appropriées pourrait répondre aux besoins de la « nurserie du futur » (Tableau 1).

oden-table

Souvent, ces technologies ne sont pas disponibles. Une enquête a récemment été réalisée sur six hôpitaux de district au Kenya afin d’évaluer si les équipements de base étaient disponibles pour appuyer la survie des nouveau-nés. Des instruments simples comme les couveuses, des débitmètres d’oxygène et des tests de bilirubine sérique n’étaient disponibles que dans moins de la moitié des hôpitaux étudiés.

Grâce à des technologies complètes, les résultats peuvent être améliorés. Lorsque des unités de soins intensifs pour les nouveau-nés ont été créées dans les hôpitaux de district en Inde, avec des couveuses, des appareils de photothérapie, des concentrateurs d’oxygène, des oxymètres de pouls, et des pompes à perfusion, les taux de létalité ont baissé dans 75 pour cent des établissements. Toutefois, la réparation et l’entretien des équipements prévus pour des pays à ressources élevées étaient très problématiques. Lorsque les équipements tombaient en panne, les réparations étaient souvent retardées, et les machines restaient hors service pendant des périodes allant d’une semaine à six mois. De même, une évaluation des appareils de photothérapie dans 16 hôpitaux nigérians a révélé que la majorité des appareils testés ne fournissaient pas un niveau d’éclairement adéquat, et seul un hôpital possédait un outil de mesure de l’éclairement.

Plusieurs nouvelles technologies néonatales explicitement conçues pour les endroits disposant de peu de ressources sont en cours de développement, notamment un oxymètre de pouls mécanique, des trousses d’obstétrique hygiéniques, un appareil CPAP à bulles à faible coût pour assister les bébés prématurés en déstresse respiratoire, des appareils de photothérapie à LED à faible coût, et des dispositifs pour réchauffer les bébés à faible coût. Dans de nombreux cas, les concepteurs ont élaboré des technologies capables de fournir des performances techniques équivalentes aux systèmes conçus pour les endroits disposant de ressources élevées avec des coûts de 10 à 100 fois inférieurs. D’autres études sont nécessaires pour déterminer si la mise en œuvre clinique de ces technologies permet de meilleurs résultats cliniques.

Bien qu’encourageante, cette approche fragmentaire du développement de technologies néonatales adaptées comporte des risques. L’amélioration des résultats néonatals requiert une approche intégrée du renforcement du système de soins et de santé. De même, l’innovation et la mise en place de la nurserie du futur nécessitera des collaborations multidisciplinaires coordonnées impliquant les pédiatres, ingénieurs biomédicaux, et l’industrie des dispositifs médicaux. Sur la base des technologies disponibles ou en cours de développement, nous estimons qu’une nurserie du futur complète pour un hôpital de district rayonnant sur un secteur de 300 000 personnes pourrait être installée pour 5 000 à 10 000 dollars des É.-U., soit beaucoup moins que le coût d’un respirateur artificiel de type occidental.

“Lorsque les technologies conçues pour les pays à ressources élevées sont utilisées dans les pays à faibles ressources, elles ne fonctionnent pas à cause des conditions environnementales difficiles, du manque d’entretien régulier, ou du manque de consommables nécessaires.”

L’innovation technologique ne constitue que la première étape du processus. Des recherches opérationnelles sont nécessaires pour comprendre quelles technologies à faible coût sont bénéfiques et économiques et comment elles peuvent être mises en place au mieux dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Cela impliquera un changement dans les priorités des institutions de financement; moins d’un pour cent des recherches publiées sur la néonatalité au cours de la dernière décennie est en rapport direct avec les décès dans les milieux à faibles ressources.

Enfin, l’approvisionnement durable en technologies efficaces nécessite des modèles de gestion commercialement viables. Malheureusement, la recherche-développement traditionnelle n’a pas développé de technologies conçues, livrées et tarifées de manière adaptée aux contextes pauvres en ressources. Parallèlement, de nombreux dispositifs médicaux appropriés et prometteurs développés en milieu universitaire ne quittent pas les laboratoires.

L’amélioration de l’accès aux technologies néonatales dans le monde nécessite de nouveaux partenariats pour la conception des produits, avec un accent sur la planification précoce des activités, l’accessibilité, le renforcement des technologies pratiques et le renforcement de l’éducation technique et commerciale dans les milieux disposant de faibles ressources. Les sources de financement doivent s’adapter pour appuyer des efforts axés sur des ensembles intégrés de technologies.