Bien qu’il soit possible de prévenir et de traiter la pneumonie, chaque année, elle emporte la vie de près d’un million d’enfants de moins de cinq ans.

Tous les enfants ne reçoivent pas les soins nécessaires, souvent parce qu’ils sont mal diagnostiqués. C’est particulièrement le cas dans les régions les plus pauvres d’Afrique et d’Asie du Sud – un exemple d’inégalité des plus pernicieux.

Lorsque l’UNICEF, l’OMS et d’autres ont commencé à chercher des moyens d’améliorer la fiabilité du diagnostic de la pneumonie, les possibilités offertes par les nouvelles technologies et les expériences des agents de santé locaux du Ghana, du Soudan du Sud et de l’Ouganda, sont devenues essentielles au projet.

Dans les communautés ne disposant pas de laboratoires d’hôpitaux bien équipés ni de médecins qualifiés, les familles dépendent des agents de santé pour le diagnostic et le traitement des maladies. Les agents de santé utilisent un chronomètre de mesure des infections aiguës des voies respiratoires (IRA) comme outil de diagnostic, ainsi qu’un petit stock de médicaments pour accomplir leur travail.

Le chronomètre IRA est un appareil portable qui aide les agents de santé locaux à détecter une respiration rapide chez un enfant malade. La recherche axée sur les utilisateurs menée avec les agents de santé locaux a permis d’obtenir des indications que n’auraient pas révélé les enquêtes standard sur les produits : des problèmes de conception du chronomètre IRA qui rendaient plus difficile la mesure précise de la fréquence respiratoire, par exemple, et des difficultés à convaincre les parents inquiets qui insistaient pour obtenir un traitement antibiotique, même si le diagnostic via le chronomètre IRA écartait la possibilité d’une pneumonie. Dans les villages sans électricité, il était impossible d’utiliser l’appareil de nuit, à cause du manque de lumière.

Ces exemples soulignent le rôle essentiel des utilisateurs pour obtenir des informations axées sur les besoins – un bon point de départ pour les ingénieurs et concepteurs à la recherche de solutions. Les chercheurs ont demandé aux utilisateurs : « comment pouvons-nous régler le problème ? »

Dans le contexte du développement de produit, il peut sembler controversé de poser cette question aux utilisateurs. D’après les recherches, les connaissances au sujet d’une technologie existante – et les avancées excitantes et complexes qui pourraient faire surface – sont au-delà de la portée des utilisateurs. Néanmoins, des données empiriques issues de recherches sur les produits de consommation et industriels ont révélé que les utilisateurs avaient tendance à développer en premier des idées devenues par la suite des réussites commerciales, et que jusqu’à 30 pour cent des utilisateurs avaient déjà développé quelque chose de nouveau ou avaient modifié eux-mêmes le produit original.

En réponse à la question des chercheurs, et non contraints par des questions techniques de faisabilité, les agents de santé locaux ont proposé des dizaines d’idées assorties d’illustration qui expliquaient ce qu’un produit innovant devrait leur permettre de faire en tant que prestataires de services de santé, vis-à-vis des enfants dont la vie est en jeu et des parents ayant besoin d’être rassurés. La compréhension des difficultés des agents de santé locaux par rapport au chronomètre IRA permet d’intégrer les conditions de travail des utilisateurs au développement du produit.

Le projet d’innovation de l’UNICEF quant au diagnostic de la pneumonie reconnaît le caractère complémentaire des contributions des utilisateurs finaux et des spécialistes des produits. Chaque contribution éclaire l’autre et représente une composante essentielle pour garantir que les innovations soient non seulement techniquement viables, mais viables également dans le contexte où elles seront utilisées.