Quand on aborde les thèmes de l’éducation, des énergies durables, ou de la qualité de vie, un festival de musique n’est pas la première chose qui vient à l’esprit.

C’est pourtant exactement ce qui était programmé lors du second Festival international de l’innovation sociale.

“Le fiiS est désormais un festival annuel et défend l’idée selon laquelle les solutions ne viennent pas que des experts – tout le monde a le pouvoir de faire changer les choses.”

Organisé du 22 au 26 octobre 2014 à Santiago, au Chili, le Festival Internacional de Innovación Social (fiiS), son nom espagnol, a accueilli des sensations musicales latino-américaines du moment, qui ont partagé la scène avec des scientifiques, athlètes, chefs d’entreprise, jeunes militants, responsables du gouvernement, jeunes inventeurs et surfeurs de renom. Tous se sont réunis pour parler du changement social et des droits de l’enfant devant des milliers de personnes.

Le fiiS est désormais un festival annuel et défend l’idée selon laquelle les solutions ne viennent pas que des experts – tout le monde a le pouvoir de faire changer les choses.

La méthodologie du fiiS est simple : des jeunes viennent voir des groupes de musique et des leaders d’opinion, et participent à un festival interactif où des personnes de tous les horizons sont invitées à imaginer, puis à commencer à mettre en œuvre des solutions ensemble. C’est une méthodologie qui permet de toucher des publics jeunes, d’approfondir les relations avec les partenaires actuels et futurs, et qui peut être adaptée à d’autres pays de la région et du monde.

L’UNICEF a profité du fiiS pour présenter sa campagne « All Children Can Learn », en élargissant le débat sur l’éducation aux nouveaux moyens d’accéder à la scolarité, à la qualité des environnements d’apprentissage, et au développement de compétences non spécialisées.

Au fiiS, il est question de passion. Il s’agit de montrer comment des émotions intenses et un engagement fort peuvent créer un changement durable. Il s’agit de montrer qu’il n’existe pas d’obstacles au pouvoir collectif. C’est plus qu’une conférence ou qu’un congrès ou qu’un concert. C’est un mouvement, adressé à tous.